Signatout agit en faveur d'une société inclusive...

Surdicécité

Deux animateurs de Signatout ont été formés à la surdicécité par le CRESAM (Poitiers).

«Centre national de ressources handicap rare surdicécité, pour les enfants sourdaveugles et sourds-malvoyants »

surdi sur Imagesia

Une  des  grandes  difficultés  rencontrées  par  les  personnes  sourdaveugles  en  Belgique,   est   l’absence   de   reconnaissance   de   la   surdicécité   comme   handicap spécifique.   Il   n’existe   donc   pas   de   prise   en   charge   ou   d’enseignement  adéquats.  Ce  qui  n’est  pas  le  cas  en  France  par  exemple.  En considérant la surdicécité comme un handicap unique et spécifique et non  pas  la  simple addition  de  deux  handicaps, la  France  a  répondu  a  un  besoin   criant   de   reconnaissance   existant   chez   ces   personnes   et   leur   entourage. Notons  par  ailleurs  que  le  Parlement  européen  a  adopté  en  2004  une  « Déclaration    sur    les    droits    des    personnes    sourdes-aveugles»

Cette    déclaration,  qui  n’a  toujours  pas  été  ratifiée  par  la  Belgique,  reconnait  la  surdicécité  comme  handicap  spécifique  et  invite  les  institutions  de  l’Union  Européenne  et  les  États  membres  à  reconnaitre  et  à  appliquer  les  droits  des  personnes  sourdaveugles.   

 

SIGNATOUT ASBL participe à la plateforme surdicécité afin de rassembler les différentes informations sur le sujet et entreprendre un travail de fond

 Comment améliorer la vie des personnes souffrant du double handicap de la vue et de l’ouïe ?

De nombreux professionnels paramédicaux et sociaux sont confrontés à des difficultés de communication avec des personnes touchées par le handicap « spécifique » qu’est la surdicécité. Ces travailleurs dénoncent les graves lacunes du système actuel, tant dans l’accueil que dans les contacts, par manque de spécialistes. Depuis 2011, une plateforme s’est constituée, afin de rassembler les différentes informations sur le sujet et entreprendre un travail de fond : il faut responsabiliser les pouvoirs publics et ainsi apporter les outils adéquats aux professionnels concernés. En Belgique francophone, nous souhaitons agir en réalisant un rapport sur les difficultés liées à la surdicécité. Nous souhaitons surtout faire connaître la surdicécité comme un handicap unique et non l’addition de deux déficiences. Les personnes atteintes du syndrome d’Usher 1 ou 2, du syndrome d’Alström, de la maladie de Refsum, du syndrome de C.H.A.R.G.E. ou autres du même type sont invitées à répondre à un questionnaire afin de nous aider à déposer un dossier circonstancié à qui de droit. Si vous êtes dans cette situation ou si vous connaissez des personnes qui vivent ce problème, vous pouvez vous adresser à nos services. Les bénévoles de notre association Signatout vous fourniront les questionnaires et au besoin vous aideront à les compléter. Nous désirons mieux connaître vos (leurs) besoins, et ainsi faire reconnaître cette problématique particulière auprès des instances politiques. S’il s’agit d’un enfant, un questionnaire adapté aux parents est également prévu. Si vous vous exprimez en langue des signes, les bénévoles de notre association traduiront à votre attention le questionnaire en langue des signes ou en langue des signes tactile gratuitement et sur simple demande.

Pour tout contact : 0488.14.05.28

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article